De mémoire d’investisseur, j’ai rarement vu un tel flot de mauvaises nouvelles

Dans ce numéro de septembre :
La volatilité des marchés financiers reste forte, avec de brusques variations sur de faibles périodes (haussières ou baissières, parfois proches de 10% en quelques jours), signe de la détresse des investisseurs et d’une perte totale de repères. La forte baisse du mois d’août/septembre reflète le changement brutal de perspectives économiques et la forte défiance face aux risques politiques et géopolitiques, l’activité semble avoir “calé” au 2e trimestre un peu partout dans le monde. L’incertitude s’accroît. Les risques pris ne sont alors plus les mêmes, les gérants continuent de sortir des actions massivement et le secteur bancaire semble vouloir craquer de toute part. Le climat général des prochains mois devrait rester très incertain, soumis à des alternances de bonnes et de mauvaises nouvelles.Lire +++ +